King Kong, Star Wars, Les Dents de la mer, Jurassic Park, Matrix : ces films ont marqué l’histoire du cinéma. Avec, à chaque fois, un dénominateur commun : des effets spéciaux à couper le souffle.

Sans aller aussi loin que dans ces blockbusters hollywoodiens, vos vidéos peuvent aussi marquer les esprits de vos collaborateurs, vos prospects et vos clients.

Grâce à des effets vidéos correctement utilisés, il est possible de rendre vos montages plus attractifs et professionnels, tout en dégageant un supplément d’émotions qui renforcera le pouvoir de votre message.

À la fin de cet article, vous connaîtrez dix catégories d’effets vidéos à appliquer sans compétences techniques.

Vous saurez dans quels cas de figure les utiliser, exemples à la clé. Et vous serez en mesure de mettre tout cela en pratique tout de suite, dès votre prochain montage vidéo.

Créez une vidéo de qualité en quelques minutes

Essayez gratuitement

Les effets d’ajustement de la vitesse

Démarrage sur les chapeaux de roues avec une accélération soudaine de votre vidéo. Puis un ralentissement subtil pour freiner le rythme narratif.

Les effets d’ajustement de la vitesse, ça vous parle, n’est-ce pas ? Vous êtes sûrement déjà tombé sur eux au moment de visionner des clips vidéo pour vous divertir, voire pour vous renseigner.

L’accéléré

L’un des grands classiques du genre, c’est l’accéléré (time lapse, en anglais). Avec lui, des plans se succèdent à vive allure, comme si vous veniez d’appuyer sur le bouton avance rapide de votre téléviseur.

Vous pouvez vous en servir lorsque vous désirez créer une vidéo avec une ellipse temporelle, et avancer très vite dans le temps. Par exemple, si vous présentez le compte rendu d’un événement interne en vidéo, comme une Journée d’intégration, vous aurez peut-être besoin de passer très vite sur certains moments de la journée.

Accélérer un ou plusieurs plans a aussi pour effet de renforcer l’action et d’apporter du dynamisme. C’est la raison pour laquelle vous retrouvez souvent cet effet dans des vidéos de sport.

Enfin, cela peut également être un bon moyen d’introduire un trait d’humour dans vos vidéos.

L’effet vidéo de ralenti

A contrario, le ralenti (slow motion, en anglais) introduit de la lenteur et constitue un bon moyen de :

  • Renforcer la dramaturgie d’une scène, son côté héroïque ou humoristique.
  • Mettre l’accent sur une émotion particulière, véhiculée par le ou les personnages de votre vidéo.
  • Montrer clairement une scène précise dans le détail, et la rendre plus simple à comprendre et à décortiquer.
  • Rallonger un plan que vous ne trouvez pas suffisamment long, avant de passer au suivant.

💡 Accélérez, ralentissez et… stabilisez

Ralentir une vidéo peut constituer un artifice pour gommer des mouvements de caméra trop fréquents, ou atténuer des vibrations. Si vous ne souhaitez pas vous servir de cet effet au montage, pensez à stabiliser vos plans qui bougent un peu trop. En fonction de l’outil de montage que vous utiliserez, vous profiterez d’une option très simple qui permettra cette retouche automatique de vos rushs.

Les effets vidéo de recadrage

Malgré toute votre bonne volonté lors du tournage de votre vidéo, notamment le suivi assidu d’un script et d’un story-board, il est possible que certains plans ne répondent pas à vos attentes.

Il n’est par exemple pas toujours possible de contrôler certains événements extérieurs. C’est le cas d’un bruit de fond disgracieux, ou du passage d’une personne dans le cadre, lors d’une interview dans un endroit où passe de la foule.

Ou même d’un avion dans le cas du film Troie !

Un avion passe derrière Achille, interprété par Brad Pitt

À ce moment-là, vous devrez recadrer votre vidéo au moment d’éditer votre montage. L’effet vidéo de recadrage comporte diverses vertus et avantages.

Grâce à lui, vous pouvez :

  • Supprimer ou masquer une erreur qui apparaît dans le champ.
  • Mettre l’accent sur une zone particulière de l’image : un visage ou une caractéristique d’un objet, afin de les mettre en valeur.
  • Adapter votre montage à un cadre défini.
  • Utiliser le ou les éléments recadrés pour les incorporer à un autre plan de votre montage.
  • Modifier le rapport hauteur/largeur de votre plan afin de répondre aux exigences techniques du réseau social sur lequel vous souhaitez le publier.

Pour illustrer ces différents points, voici deux exemples d’effets de recadrage à appliquer dans vos futures créations vidéos.

Vous cherchez un moyen efficace pour créer des vidéos qui captent l'attention? Découvrez PlayPlay! Avec notre plateforme intuitive, le montage vidéo en ligne devient accessible à tous. En quelques clics, vous pouvez appliquer des effets vidéos, des transitions et bien plus encore. PlayPlay est votre allié créatif. Laissez libre cours à votre imagination et offrez à votre audience des vidéos à couper le souffle!

Le zoom

Comme son nom l’indique, le zoom consiste à zoomer sur un élément défini de votre plan. Grâce à lui, vous pouvez attirer l’attention sur un point précis, soit pour dévoiler précisément l’un de ses aspects, soit pour communiquer une émotion.

Utilisez-le par exemple dans une vidéo de présentation d’un produit, pour présenter l’une de ses caractéristiques clés.

Servez-vous en également dans vos interviews vidéos. Zoomer sur une partie du visage de l’interviewé renforce le pouvoir de ses mots et la narration, en particulier lorsqu’il dévoile ses sentiments.

L’effet vidéo Ken Burns

Dans la famille des zooms, zoomons maintenant sur l’un d’entre eux, plutôt atypique. L’effet Ken Burns, du nom du cinéaste américain qui a pour habitude d’en faire usage dans ses réalisations, consiste à réaliser simultanément un panoramique et un zoom sur une image fixe.

Cet effet de zoom avant peut-être obtenu au tournage, à l’aide de votre caméra et de votre smartphone. Mais c’est aussi un effet de montage, si votre logiciel le permet.

L’effet Ken Burns peut être utilisé pour :

  • Amener du dynamisme à votre montage.
  • Conserver l’attention du spectateur sur votre montage.
  • Vous focaliser sur un point précis de l’image.
  • Donner du mouvement à des images statiques comme des photos que vous désirez incorporer à votre montage. C’est par exemple le cas lorsque vous ajoutez des images d’archives illustratives à votre vidéo.

Les effets de texte

Deuxième type d’effets pour vidéo à sortir de votre caisse à outils : les effets de texte.

On peut les regrouper en deux catégories principales :

1) Les effets de texte informatifs, comme le synthé. Il s’agit d’une incrustation de texte affichant l’identité (nom et prénom) et la fonction d’une personne sur un plan. On le retrouve très souvent dans les interviews et reportages.

Exemples de synthés, faits avec PlayPlay

2) Les effets d’animation de texte : ils servent à habiller votre vidéo de façon design.

Exemples d'effets d'animation de texte, faits avec PlayPlay

Les effets de texte permettent de :

  • Rendre votre montage créatif et d’attirer l’attention. Incorporez-les dans une vidéo d’entreprise “teaser” pour mettre en avant un fait marquant (statistique, chiffre, information, etc.).
  • Mettre en valeur un élément clé de votre message. Ajoutez-les dans une vidéo tutoriel ou de lancement d’un nouveau produit, par exemple, pour décliner les différentes étapes d'utilisation de votre produit ou service.
  • Vous adapter aux pratiques en vigueur sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, par exemple, 85 % des vidéos sont visionnées sans le son. Grâce aux incrustations de texte, vos utilisateurs sont assurés de comprendre la teneur de votre message.

La mise en forme de la police

Les effets de texte sont souvent légion sur les outils de montage vidéo. Pour conserver cohérence et clarté, il est important de ne pas trop vous disperser en misant sur des valeurs sûres.

Plutôt que de partir sur des effets au rendu qui peuvent être douteux, à l’image de l’effet machine à écrire, contentez-vous d’abord de mettre en forme votre police d’écriture dans les règles de l’art.

Assurez-vous d’abord qu’elle colle à votre charte graphique d’entreprise, pour conserver une uniformité sur tous vos supports.

Ensuite, adaptez-la au rendu souhaité, en faisant usage du gras ou de l’italique et en définissant sa taille d’affichage à l’écran.

Plus la taille est importante, plus l’accent sera mis sur un élément de votre texte.

Exemples de mise en forme de police, faits avec PlayPlay

L’apparition et la disparition

Passons à une option un peu plus créative avec le concept d’apparition/disparition que vous pouvez appliquer à vos titres. Appuyez-vous sur lui pour présenter une information clé ou détailler le nom d’une personne, par exemple.

Par contre, attention : utilisez cet effet avec parcimonie dans vos vidéos formelles, à l’image de l’interview vidéo d’un dirigeant (sauf si vous partez sur une vidéo un peu décalée ou sur le ton de l'humour).

L’effet d’apparition et de disparition peut par exemple se prêter à un montage destiné à divertir votre audience, comme dans une vidéo “Top” (ex:  “Top” des faits insolites sur votre marque).

Effet d'apparition de titre, fait avec PlayPlay

💡 Sous-titrez vos vidéos

La plupart des vidéos sur les réseaux sociaux étant consultées sans le son, adaptez-vous aux habitudes de vos cibles en sous-titrant vos montages. Grâce aux sous-titres, vous facilitez la compréhension de votre message et renforcez l’accessibilité de vos vidéos.

Par ailleurs, le sous-titrage peut améliorer votre référencement naturel (SEO) et permet de toucher une audience dans différentes langues. À choisir, préférez un outil de sous-titrage automatique pour gagner du temps et limiter les erreurs lors de la retranscription.

Les effets sonores

Si de nombreuses vidéos sont visionnées sans le son sur les réseaux sociaux, il serait quand même dommage de vous priver d’effets sonores dans vos différents montages.
Déjà, parce que certaines de vos cibles ne consulteront pas toujours vos vidéos sur ces plateformes. Et ensuite, parce que des effets sonores bien huilés permettent de rythmer vos vidéos.

Ils vous serviront aussi à donner plus de force à votre storytelling :

  • Un effet sonore peut souligner un sous-titre important de votre vidéo, ou une phrase marquante issue d’une interview.
  • Il peut accentuer une scène ou une action particulière, à l’image des rires en arrière-plan popularisés par les sitcoms, ou le bruit d’une porte qui claque.
  • Un effet sonore peut aussi masquer certains bruits parasites au montage.

💡 Choisissez une musique adaptée à la tonalité de votre vidéo

En parlant de bruit et de son, n’oubliez pas d’ajouter de la musique à votre montage, si cela s’y prête. Utilisez un genre musical qui transmet les bonnes émotions. Une musique rock aura tendance à apporter énergie et dynamisme, alors que du classique permet d’instaurer une ambiance plus calme et détendue.

Autre conseil : harmonisez le volume sonore de votre musique en le baissant lors de l’intervention de votre voix off.

Les effets vidéos de lumière

Sans séquences vidéos, impossible de passer à la phase de montage. Et sans une lumière adéquate, impossible de réaliser un rendu professionnel.

Vous aurez beau avoir des dizaines et des dizaines de séquences, si la luminosité n’est pas au rendez-vous, vous n’aurez plus qu’à repartir en tournage. C’est un peu radical mais, heureusement, votre outil de création vidéo peut vous éviter de reprendre tout à zéro en vous proposant des pansements visuels.

Appliquer des effets de lumière vous servira à :

  • Redonner vie à certains plans sous-exposés lors du tournage.
  • Mettre l’accent sur des détails. Vous préparez la vidéo de lancement d’un nouveau produit ou service ? Renforcez le storytelling en mettant en lumière l’une de ses caractéristiques principales.
  • Attirer l'œil de votre cible sur le point le plus important de votre plan, afin de le tenir en haleine.
  • Dynamiser votre montage en révélant une scène après l’application d’un effet de flash, par exemple.

Les effets de couleurs

Dans la même veine que les effets de lumière, on retrouve les effets de couleurs. Ces dernières sont importantes car elles ont une signification, et parce qu’elles ne s’accordent pas toujours ensemble. D’où l’idée d’être vigilant là-dessus, lors de la phase de montage de votre vidéo.

Chaque couleur a une signification et peut influer sur l’ambiance générale de votre vidéo. Par exemple, le rouge est associé à la passion, l’énergie et à la chaleur. Le vert renvoie à la nature, et le bleu est associé à la sérénité.

Lors de la phase de montage, servez-vous de la correction colorimétrique pour :

  • Attirer l'œil de votre cible sur un aspect ou un endroit particulier de la scène (l'arrière-plan ou le premier plan, par exemple).
  • Modifier l’atmosphère d’une scène, en la rendant plus chaleureuse ou plus sombre. Sur ce passage du dessin animé Toy Story, vous verrez que les couleurs chaudes ont été accentuées :
  • Créer un montage avec un effet de style sur un plan donné, ou sur l’ensemble de vos plans.
  • Corriger des défauts de couleur.
  • Réaliser un montage cohérent, en particulier si vous utilisez des rushs tournés à différents moments de la journée.

L’écran partagé

Comme son nom l’indique, l’effet vidéo d’écran partagé permet de créer un écran divisé en deux ou plusieurs morceaux. Vous pouvez vous en servir :

  • Soit pour présenter deux fois le même intervenant dans une posture différente (scène, vêtements, etc).
  • Soit pour assembler différentes séquences indépendantes les unes des autres.

Son usage est approprié pour concevoir :

  • Des vidéos comparatives entre deux produits. Sur la gauche, vous pouvez présenter le mode de fonctionnement d’un premier produit, tout en montrant comment marche le second dans la même configuration, sur la partie droite de l’écran.
  • Des vidéos promotionnelles de votre produit ou service, afin de présenter ses caractéristiques.
  • Des vidéos qui montrent l’accomplissement d’une action et un résultat, de type avant/après.

💡 Un écran partagé à utiliser avec modération

Si l’effet vidéo d’écran partagé comporte certains atouts, utilisez-le avec parcimonie. Réfléchissez bien aux nombres de séquences à partager afin de garder votre message compréhensible. Avec un écran trop segmenté, vous risquez de détourner l’attention de vos cibles. Dans l’idéal, limitez-vous à un partage en deux morceaux sur un ou plusieurs plans bien définis, par exemple dans votre storyboard.

Les effets vidéos d’animation

L’écran partagé, que vous venez de découvrir juste au-dessus, est une bonne entrée en matière pour évoquer des effets animés encore plus avancés.

Très créatifs, ils sont à double tranchant.

D’un côté, ils peuvent donner un côté mémorable et très personnalisé à votre plan.

De l’autre, ils peuvent aussi donner un aspect peu professionnel à votre contenu s’ils sont mal utilisés, ou employés à outrance. Il en existe une multitude parmi ceux proposés par les logiciels qui permettent de monter une vidéo.

Parmi eux, vous trouverez par exemple :

L’effet miroir

Il permet de refléter un plan sur l’autre moitié de l’écran. Dans le même style, vous pouvez aussi inverser votre plan en déplaçant ce qui figurait à gauche vers la droite. Voilà un effet très utile lorsque vous devez assembler deux plans qui ne sont pas raccord en matière de mouvement (ex : un personnage avance de droite à gauche sur le plan A, et de gauche à droite sur le plan B).

L’effet “vidéo inversée”

Populaire sur les réseaux sociaux, notamment sur TikTok, cet effet vidéo applique un effet arrière à votre vidéo. C’est un effet vidéo très créatif à réserver à des vidéos humoristiques et décalées en priorité. Il peut aussi être intéressant pour donner une seconde vie à certaines vidéos, si vous souhaitez les republier sur vos différents réseaux sociaux, par exemple.

Le motion design et la 3D

En fonction de vos compétences et des capacités proposées par votre outil de création vidéo, appuyez-vous sur le motion design et la 3D pour ajouter des effets créatifs et animer vos visuels et éléments graphiques (pictogrammes, chiffres, citations, infographies etc.).

L’effet vidéo de masque

L’effet de masque, ou masquage, permet d’isoler une partie précise de votre plan (visage, arrière-plan, objet) pour la cacher, la dupliquer, la révéler ou la modifier.

Cet effet vidéo très puissant peut vous servir dans plusieurs cas de figure lorsque vous désirez :

  • Flouter un visage, un texte ou un objet sur vos plans.
  • Cloner un personnage ou un objet pour le faire apparaître dans un plan spécifique.
  • Ajouter un effet permettant de révéler un titre dans la zone de votre choix, sur votre séquence.
  • Couper au montage un objet que vous auriez malencontreusement laissé dans le cadre, lors du tournage.
  • Superposer plusieurs plans qui n’ont pas de rapport initial entre eux, pour mélanger plusieurs styles entre eux (graphique, réaliste etc.).

Les transitions

Sans transition, place aux transitions, pour finir. Il s’agit d’un effet vidéo qui n’en est pas tout à fait un, d’ailleurs, d’où sa position dans cette liste. Mais au vu de leur intérêt pour votre montage, et des similitudes qu’elles partagent avec les effets vidéo (les deux professionnalisent et dynamisent votre montage), impossible de ne pas en parler par ici.

Les transitions vidéo permettent d’assembler différents plans entre eux en créant un effet de mouvement ou d’animation.

Le fondu

Le fondu (fade, en anglais) est l’une des transitions les plus célèbres. Il s’agit d’un fond de couleur (noir, blanc ou coloré) qui permet de passer de la fin d’une scène au début de la suivante.

Vous pouvez vous en servir pour matérialiser un changement de scène, d’angle ou de décor.

Le balayage

Avec le balayage (swipe, en anglais), un nouveau plan s’affiche à l’écran dans une direction donnée, par exemple de la droite vers la gauche.

Le balayage est approprié pour présenter une liste d’avantages, de caractéristiques, de conseils et d’autres bénéfices d’un produit ou service.

Le plan sur plan

Enfin, place au plan sur plan (jump cut). Grâce à lui, vous joignez deux plans au cadrage identique dont la composition est différente (personnage ou arrière-plan divergent, par exemple).

Le résultat est un saut sur place (d’où l’anglais jump) qui permet au spectateur d’être parachuté dans un autre décor, par exemple, tout en dynamisant le montage.

💡 Appliquez la règle des “deux transitions maximum” dans vos vidéos

Afin de ne pas diluer la portée de votre message, n’utilisez pas plus de deux transitions par montage vidéo, comme détaillé de cet article qui vous en présente dix-sept.


Comme vous avez pu le constater, les effets vidéos rendent vos vidéos plus professionnelles et créatives, tout en renforçant le poids et la compréhension de votre message.

À condition de les utiliser à bon escient. Pour cela, évitez d’abord d’en faire un usage démesuré. Concentrez-vous uniquement sur un ou plusieurs effets susceptibles de renforcer la narration et le storytelling de votre vidéo. Piochez dans notre liste pour vous inspirer, sans appliquer chaque effet un par un !

Ensuite, choisissez un outil de création vidéo intuitif et facile à utiliser, en particulier pour les débutants. Des logiciels comme Adobe Premiere, Final Cut Pro, Windows Movie Maker ou After Effects, aussi puissants soient-ils, sont complexes à prendre en main. Sans compter l’investissement en temps et en argent qu’ils représentent pour vous y former.

Avec PlayPlay, créer des vidéos est aussi simple que de faire une présentation sur PowerPoint. En plus, l’outil propose des dizaines d’effets vidéo pour faire passer vos prochains montages à la vitesse supérieure, en quelques minutes seulement.

Pour vous faire votre propre idée, essayez-le gratuitement pendant 7 jours.