Scotché à l’écran. Voilà comment vous avez terminé le visionnage de cette vidéo sur les réseaux sociaux. Tout y était : du suspense, de l’émotion, une musique impeccable, des transitions aiguisées, des sous-titres intelligibles.

Sans oublier le clou du spectacle : une intro parfaitement ciselée qui vous a pris par le col et tenu en haleine jusqu’au bout.

Un montage dynamique est l’une des clés de la réussite d’une vidéo impactante et qui convertit.

Vous aussi, vous voulez éblouir vos cibles et leur proposer une expérience de visionnage mémorable ? Découvrez sans plus tarder comment faire un montage vidéo professionnel, grâce à une sélection de 8 conseils pratiques triés sur le volet.

Qu’est-ce qu’un montage vidéo (et ses différentes phases) ?

Avant de proposer une vidéo aboutie, digeste et accrocheuse à vos cibles, il est indispensable de choisir vos plans, de les modifier et de les organiser les uns à la suite des autres de façon cohérente : c’est le principe du montage vidéo.

Ce dernier se décompose en trois phases :

  • La phase préparatoire : avant de vous lancer dans l’édition de vos différents plans, vous devez d’abord procéder à l’importation de vos rushes dans votre logiciel de montage vidéo, les dérusher, les découper et les organiser à votre sauce sur votre timeline.
  • La phase de production : vient ensuite le montage « technique » à proprement parler. A ce moment-là, vous assemblez les séquences entre elles, supprimez les scories, rectifiez les éventuelles erreurs de son et d’image, créez des transitions etc.
  • La phase finale (post-production) : une fois votre job terminé, vous exportez votre vidéo dans le format de votre choix (MP4, MOV, AVI etc.).

Ça parait simple, non ? Parfait : il est temps pour vous de passer à l’action.

Comment faire un montage vidéo au top : 8 bonnes pratiques à adopter d’urgence

Planifiez et organisez

Une vidéo réussie, c’est bien souvent une vidéo qui raconte une histoire et fait appel aux émotions. Une vidéo qui déroule un fil conducteur logique, du début à la fin.

Pour cela, pas de place à l’improvisation. Avant de vous attaquer, pied au plancher, à l’édition de vos séquences, vous devez les planifier et les organiser. Ou comment faire un montage vidéo sans se prendre les pieds dans le tapis, en quelque sorte.

Profitez donc de la phase de dérushage pour établir un plan de montage cohérent et en accord avec les idées que vous souhaitez véhiculer.

Pour vous aider, vous pouvez très bien concevoir un script dédié à l’exercice, avec plus ou moins de détails. Imaginez-le comme un pense-bête. Faites-y par exemple figurer les éléments suivants :

  • Un déroulé narratif de votre vidéo, avec les différentes séquences charnières à intégrer dans un ordre bien précis.
  • Les effets de transition.
  • Les éléments à ne surtout pas oublier : le call-to-action (CTA), l’habillage sonore, le branding de votre marque etc.

Dans un autre style, vous pouvez très bien, également, vous baser sur le storyboard que vous avez initialement créé pour le tournage.  A vous de voir quelle solution convient le mieux à vos attentes.

Avec tout cela, vous y verrez beaucoup plus clair et disposerez d’une ligne directrice pour pouvoir avancer sereinement.

Poursuivez en supprimant les séquences dont vous n’avez pas besoin, et accolez les plans conservés dans l’ordre choisi, sur votre table de montage.

Vous voilà prêt à monter une vidéo sur les chapeaux de roue, avec une intro qui frappe les esprits. Place au deuxième volet de ce guide  « Comment faire un montage vidéo qui dépote ».

Soignez l’introduction

La durée d’attention d’un être humain est de 8 secondes seulement. Pour avoir une chance de hameçonner votre cible, vous devez la captiver dès le début de votre montage vidéo.

Voici trois conseils de base pour concocter une introduction qui suscite la curiosité, sans trop en dévoiler, à la manière d’un teaser :

  • Faites court et concis pour maintenir un taux d’engagement optimal et commencer le montage sur de bonnes bases. S’il n’y a pas de règle préétablie en matière de durée, les intros de vidéos YouTube entre 3 et 7 secondes ont tendance à très bien performer. La célèbre plateforme considère par ailleurs que les 15 premières secondes d’une vidéo sont capitales. A bon entendeur !
  • Accrochez votre cible dès les premières secondes. Pour cela, vous pouvez par exemple intégrer une phrase choc, un chiffre-clé, un titre évocateur, ou encore une image parlante.
  • Intégrez votre branding. Votre marque doit être immédiatement visible et reconnaissable dans votre vidéo. Vous pouvez ajouter votre logo et/ou votre slogan en incrustation, faire apparaître les couleurs prévues dans votre charte graphique etc. Petit à petit, vous entrerez dans le cerveau de vos cibles, qui seront aussi en mesure de vous identifier au premier coup d'œil si elles ne peuvent pas activer le son sur votre vidéo, par exemple.

Soyez clair et précis

Avec une intro accrocheuse et emballante, vous vous assurez une entrée en matière réussie. Reste à ne pas tout saccager par la suite… L’idée, ici ? Rester clair et ne pas vous disperser, afin de ne pas diluer l’efficacité de votre message.

Puisqu’un accident de parcours est vite arrivé, inspirez-vous des astuces ci-dessous pour ne pas aller droit dans le mur :

  • Structurez votre vidéo en suivant la règle 1 écran = 1 idée-phare.
  • Soignez vos transitions. Ces dernières sont indispensables pour fluidifier l’enchaînement entre vos différents cuts. Gardez sobriété et cohérence en utilisant seulement 1 à 3 types de transitions, comme un fondu (enchaîné ou au noir), une transition franche (aucun effet de transition), et/ou une animation simple en motion design.
  • Ajoutez des incrustations. Elles facilitent la compréhension de votre vidéo, apportent un éclairage précis sur un point à mettre en avant, et permettent de ménager des respirations tout au long de votre montage. Les incrustations peuvent prendre la forme de chiffres et phrases-clés, d'éléments sonores, de pictogrammes, de supports visuels de type graphiques et animations, ou encore de GIFs.
    Laissez parler votre imagination, tout en restant sobre !
  • N’abusez pas de nombreux effets spéciaux. Plus vous ferez simple, plus vous serez efficace. Laissez au fond de vos tiroirs les effets vidéo flashy et autres animations 3D futuristes (sauf si vous les maîtrisez sur le bout des doigts). Vous risqueriez de distraire votre cible et de lui donner envie d’arrêter le visionnage de votre vidéo.

💡 L’astuce PlayPlay en plus

Parfois, lors d’un tournage, vous n’aurez pas le choix. Vos plans seront pollués par des bruits, des mouvements et des passages de personnes dans le cadre. Sans oublier la présence d’éléments décoratifs que vous ne pouvez pas supprimer sur le moment, ou que vous n’avez pas vus. Dans la mesure du possible, supprimez tous ces éléments parasites qui ternissent votre tableau final. Pour cela, ajoutez par exemple une incrustation sur les plans courts que vous ne pouvez pas supprimer, floutez les éléments et autres personnes en trop.

Gardez uniquement les plans qui font sens et dont vous avez besoin pour favoriser la rétention de vos cibles. Pour info, 68 % des personnes regarderont une vidéo en entier si elle fait une minute ou moins.

Mettez en avant votre marque

84% des consommateurs ont indiqué avoir été convaincus d'acheter un produit ou un service après avoir regardé une vidéo publiée par une marque. (Hubspot, 2021)

Pour que vos clients passent à l’action, ils doivent d’abord vous identifier. Qui êtes-vous ? Comment êtes-vous reconnaissable ? Comment est représentée votre marque ? En d’autres termes, qu’est-ce qui vous rend différent des autres ?

Votre montage vidéo peut vous aider à intégrer différents éléments qui font votre spécificité et vous aideront à véhiculer votre marque sur différentes plateformes de diffusion (YouTube, réseaux sociaux, communication interne, etc).

Si vous disposez d’une charte graphique, déclinez-la sur votre vidéo en faisant preuve de cohérence :

  • Servez-vous de votre police de caractères principale dans vos titres, sous-titres et incrustations.
  • Intégrez votre logo en incrustation tout au long de votre vidéo, dans un coin, par exemple en haut à droite.
  • Utilisez la palette de couleurs dont vous faites usage sur votre site web et vos communications print.

💡 L’astuce PlayPlay en plus

Pour renforcer l’authenticité et asseoir votre image de marque dans vos montages, privilégiez vos propres contenus et créations. Que ce soit pour vos vidéos et vos photos, préférez des créations internes plutôt que des médias issus de banques d’images, bien souvent plus génériques et moins personnalisées.

Cependant, parfois, vous n’aurez pas le choix ! Si vous optez pour des banques d’images ou de vidéos, essayez de trouver LE visuel original (et de bonne qualité). Comprenez celui que l’on ne retrouve pas à droite, à gauche, sur tous les sites web.

Dynamisez votre montage vidéo

Pour maintenir votre cible en haleine et alerte tout au long de la durée de votre vidéo, votre montage se doit d’être dynamique, à condition que le sujet traité s’y prête, bien sûr.

Pour créer une vidéo avec un effet "waouh", pensez à :

  • Alterner entre différents types de plans (plan serré, plan plus large...). Si vous avez pensé, lors du tournage, à tourner plusieurs angles de vue pour la même séquence, servez-vous en lorsque vous allez effectuer le montage. Mais attention : ne sacrifiez pas cela à la cohérence générale.
  • Éviter les plans trop longs et trop statiques. Pour une ambiance énergique et rythmée, multipliez les plans de quelques secondes. Inversement, pour une ambiance calme et sereine, limitez le nombre de cuts.
  • Utiliser des changements d’angle. Par exemple, pour la vidéo de présentation d’un produit, vous pouvez très bien effectuer un zoom sur une caractéristique précise, si votre outil de montage vidéo le permet.
  • Jouer sur la vitesse. Votre montage somnole un peu ? Mettez un petit coup de boost en accélérant des plans essentiels mais trop longs, voire en créant des retours en arrière si la trame narrative s’y prête.

💡 L’astuce PlayPlay en plus

Pour rompre la monotonie de certains sujets et séquences, servez-vous de plans B-Rolls. Il s’agit de séquences d’illustrations qui ne font pas partie de vos rushes initiaux, mais qui s’avèrent très précieuses pour renforcer la compréhension et le dynamisme. Elles apparaissent souvent à l’écran lorsqu’un sujet est en train de parler, par exemple lors d’une interview.

Peaufinez l’habillage sonore

Comment faire un montage vidéo réussi ? Cela passe aussi par un savant alliage entre le contenu (vos images) et l’habillage sonore. A commencer par la musique.

Si son usage n’est pas obligatoire, il recèle plusieurs atouts non négligeables. La musique permet notamment de favoriser la mémorisation d’un message-clé, renforce l’engagement car elle stimule l’attention, et ajoute du dynamisme à votre montage.

Mais attention : vous devez l’adapter à la structure et au rythme de votre montage. Par exemple, des plans rapides et rapprochés s’associeront mieux à une musique rythmée, plutôt qu’à une musique douce.

Pour qu’audio et vidéo fassent bon ménage, piochez dans les conseils suivants :

  • Vérifiez que la musique ne prenne pas le pas sur votre voix, en ajustant son niveau sonore sur votre logiciel de montage vidéo. Si vous pouvez monter le volume pendant les intro, outro et transitions, pensez à l’adapter lorsque quelqu’un s’exprime à l’écran pour que sa parole reste audible.
  • Utilisez la musique à des endroits stratégiques : votre introduction, les passages importants de la vidéo, les transitions, les dernières secondes. N’en mettez pas partout !
  • Pensez aux bruitages et effets sonores. Utilisés avec parcimonie, ils peuvent transmettre une émotion et capter l’attention de vos cibles, tout en mettant l’accent sur un passage important de votre montage vidéo. Les créateurs de sitcoms l’ont bien compris, puisqu’ils se servent à outrance de rires en fond sonore pour renforcer l’aspect comique d’une situation.
  • Profitez de la musique pour masquer un problème technique. Blancs sur vos rushes ? Bruits parasites ? Pas de problème : la musique vous aide à dissimuler tout ça et à effectuer des retouches.

Bien sûr, vous ne disposerez peut-être pas de vos propres musiques et bruitages en magasin. Pour pallier ce problème, récupérez des créations sur des banques de musiques libres de droits, qu’elles soient gratuites ou payantes.

Incorporez des sous-titres

Avec tout cet habillage sonore qui pulse, votre montage dispose maintenant d’un rendu épatant. Le son fonctionne en parfaite harmonie avec les images, mais il y a un problème : vos cibles ne pourront pas toujours l’entendre, qu’elles le veuillent ou non.

Prenez cet exemple : sur Facebook, 85 % des vidéos sont visionnées sans le son, soit parce qu’elles se déclenchent automatiquement en auto-play, soit parce que le contexte de visionnage ne permet pas de faire cracher des décibels (par exemple, si vous vous trouvez dans un espace public et silencieux).

L’ajout de sous-titres à votre montage vidéo est donc indispensable pour que l’ensemble reste compréhensible, quelle que soit la situation dans laquelle se trouve la personne qui va la visionner.

De bons sous-titres, c’est l’assurance de :

  • Renforcer l’accessibilité de vos vidéos (10 millions de personnes ont des problèmes d'audition en France).
  • Booster votre référencement naturel (SEO). Google référence aussi des vidéos, qu’il affiche en haut des pages de ses résultats de recherche, pour bon nombre de requêtes.
  • Toucher une audience internationale, puisque vous pouvez traduire vos sous-titres dans la langue de votre choix.
  • Clarifier et reformuler des passages, à l’image de phrases prononcées de manière complexe à l’oral.

💡 L’astuce PlayPlay en plus

Vous voulez en savoir encore plus sur les sous-titres ? Découvrez 3 méthodes pour en ajouter dans vos prochains montages vidéos.

Comment faire un montage vidéo au top : intégrez un call-to-action final

Ce guide des bonnes pratiques qui vous détaille comment faire un montage vidéo touche presque à sa fin. Avant de boucler votre création, avez-vous pensé à intégrer un appel à l’action (call to action, CTA) ?

Ce dernier élément est incontournable et se doit de figurer (au minimum) dans le plan final de chacun de vos montages, aussi appelé outro. C’est grâce à ce CTA que vous allez inciter vos cibles à accomplir une action bien précise, comme par exemple :

  • Remplir un formulaire
  • Se rendre sur une page bien précise, comme une landing page, par exemple
  • Laisser un commentaire
  • Obtenir une démo
  • Liker votre vidéo
  • Vous suivre sur les réseaux sociaux

Quel que soit le CTA que vous choisirez, pensez à l’aligner avec l’objectif de votre vidéo. Si vous souhaitez que vos cibles s’inscrivent à votre newsletter, exprimez-le clairement dans votre appel à l’action, de façon bien spécifique (« Inscrivez-vous à la newsletter »).

💡 L’astuce PlayPlay en plus

L’attention des internautes étant très variable, il peut être malin d’ajouter aussi un CTA dès le début de votre vidéo, par exemple dans l’introduction. Au moins, si certains internautes décrochent en cours de chemin, vous aurez peut-être réussi à réaliser quelques conversions.

Et, tant qu’à faire, assurez-vous que votre CTA soit lisible et adapté à la navigation sur smartphone, qui s’est imposé comme le premier écran pour se connecter à Internet au quotidien, en France.


Félicitations : vous savez désormais comment faire un montage vidéo comme un pro. Au cours de vos travaux, pensez à sauvegarder régulièrement votre progression, au cas où. Et n’oubliez pas l’exportation finale, pour clôturer l'ensemble.

Créer des vidéos engageantes est désormais à votre portée. Si vous ne souhaitez pas vous embarrasser avec des logiciels de montage techniques qui nécessitent une longue courbe d’apprentissage (type Adobe Premiere, Movie Maker ou Final Cut Pro X), servez-vous d’un outil intuitif comme PlayPlay.

Doté d’un logiciel de montage facile à utiliser (modèles d’écran, médias libres de droit, adaptation à votre charte graphique etc.), PlayPlay est adapté aux débutants et vous permet de créer de superbes vidéos en 3 minutes chrono. Idéal pour vous simplifier la vie, tout en conservant un rendu professionnel !